PROPAGANDE

Profil : la Promesse de l'Aube - Romain Gary

Posté par Babiole le 11/03/2024 pour le secteur LIRE
🌍 Article public ⸱ 294 lecteurs récemment




📚 [Synopsis]

S’il est un livre que j’ai adoré et que je souhaite vous conseiller, c’est bien « la promesse de l’Aube » de Romain Gary.

Je vous présente ci-après le prochain ouvrage indispensable à votre bibliothèque : l’histoire de l’amour d’une mère et d’un fils.



📚 [Épitomé]

«Tu seras un héros, tu seras général, Gabriele D’Annunzio, Ambassadeur de France– tous ces voyous ne savent pas qui tu es !

Je crois que jamais un fils n’a haï sa mère autant que moi, à ce moment-là.

Mais, alors que j’essayais de lui expliquer dans un murmure rageur qu’elle me compromettait irrémédiablement aux yeux de l’Armée de l’Air, et que je faisais un nouvel effort pour la pousser derrière le taxi, son visage prit une expression désemparée, ses lèvres se mirent à trembler, et j’entendis une fois de plus la formule intolérable, devenue depuis longtemps classique dans nos rapports :

- Alors, tu as honte de ta vieille mère ? »



📚 [Un mot sur l’auteur]

Romain Gary, dont le nom de naissance est Roman Kacew, né le 21 mai 1914 à Vilna en Lituanie, est un écrivain français d’origine Russe. Il a également été aviateur, résistant, diplomate, scénariste et réalisateur.

La promesse de l’aube, paru en 1960, a été adapté au théâtre ainsi qu’au cinéma, en 1971 par Jules Dassin et par Éric Barbier en 2017.

Ecrivain prolifique, il est aussi connu pour avoir également écrit sous un nom d’emprunt, Emile Ajar, faisant de lui, grâce à ce nom d’emprunt, le seul écrivain à avoir gagné deux prix Goncourt.

Je vous invite à consulter la page wikipedia qui lui est consacrée tellement sa vie fut extraordinaire, je doute de pouvoir lui rendre justice.




📚 [Mon avis]

J’avais déjà lu (et adoré) la Vie devant Soi du même auteur, il me fallait absolument lire d’autres ouvrages de Romain Gary.

J’avais acheté La Promesse de l’Aube et il dormait sagement dans ma bibliothèque, attendant que je trouve le temps de le lire, quand est sorti le film éponyme d’Éric Barbier, que j’ai vu deux fois au cinéma. C’était le moment d’ouvrir ce livre !

Romain Gary y fait le récit de son enfance et de sa jeunesse, mais surtout, il y parle de sa mère : Il raconte avec beaucoup d’humour, de poésie et de tendresse les difficultés qu’elle a pu rencontrer, ses combats contre l’adversité et l’énergie qu’elle emploiera pour faire de son fils un grand homme, mais surtout il nous livre ici comment il tentera de tout faire pour combler ses désirs, pour compenser toutes les humiliations qu’elle a subies.

On découvre leur histoire à tous deux et l’intensité de l’amour qu’ils ont pu partager, elle, ce personnage haut en couleurs, touchante et excessive, et lui, malgré son agacement parfois, fera tout pour lui rendre son amour et qui parviendra même à réaliser ses vœux.

On comprend que c’est grâce à sa ténacité et à la force de son amour, et surtout, pour elle, qu’il est devenu qui il est.

La fin du livre est un crève-cœur, mais quelle lecture ! Une vraie leçon de vie.




📑 [Citations]

✒️ « Il n’est pas bon d’être tellement aimé, si jeune, si tôt. Ça vous donne de mauvaises habitudes. On croit que c’est arrivé. On croit que ça existe ailleurs, que ça peut se retrouver. On compte là-dessus. On regarde, on espère, on attend. Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais. On est obligé ensuite de manger froid jusqu’à la fin de ses jours. Après cela, chaque fois qu’une femme vous prend dans ses bras et vous serre sur son cœur, ce ne sont plus que des condoléances. On revient toujours gueuler sur la tombe de sa mère comme un chien abandonné. Jamais plus, jamais plus, jamais plus. Des bras adorables se referment autour de votre cou et des lèvres très douces vous parlent d’amour, mais vous êtes au courant. Vous êtes passé à la source très tôt et vous avez tout bu. Lorsque la soif vous reprend, vous avez beau vous jeter de tous côtés, il n’y a plus de puits, il n’y a que des mirages. Vous avez fait, dès la première lueur de l’aube, une étude très serrée de l’amour et vous avez sur vous de la documentation. Partout où vous allez, vous portez en vous le poison des comparaisons et vous passez votre temps à attendre ce que vous avez déjà reçu. »


✒️ « Ce que je veux dire, c’est qu’elle avait des yeux où il faisait si bon vivre que je n’ai jamais su où aller depuis. »

✒️ « Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais. »



🔍 [Références]

EAN : 9782070363735
390 pages
GALLIMARD (26/04/1973)


🔖 [Catégories]

Roman autobiographique


📌 [Crédit photo et citations]

Wikipedia, Gallimard, Babelio


7 commentaires
Chose
()
Ah La promesse de l'Aube
Machin
()
Je ne sais pas pourquoi mes messages ne sont pas publiés en entier ? J'avais écris "Ah la promesse de L'aube, j'ai lu ce livre il y a longtemps mais j'en garde un tendre souvenir".
Accessoire
()
@Opium : C'est pour que tes messages ensoleillent cet article 😊

Tu ne l'as jamais relu, du coup ?
Barda
()
Pas lu mais j'y compte bien. Merci pour ce retour .

;)
Bidule
()
@SpaceKate : Ahaha oui c'est ça !

Non je ne l'ai pas relu mais ça vaudrait le coup en effet
Appareil
()
@Askelle : je veux bien avoir ton sentiment le moment venu !
Machin
()
Ça m'intéresse pas du tout, désolé
(Vous n'avez pas (encore) les droits nécessaires pour répondre à cet article)
© v24.415 - 2003-2023 [paranoïaque] - Les CGU - Réseau social discret - Rien du tout -